Journal de bord du Capitaine

« Est-ce que l’histoire d’amour entre Rose et Jack est réelle? »
Le film « 
Titanic » a été réalisé avec l’aide de deux historiens spécialistes du sujet, Don Lynch et Ken Marschall. Leur livre, « La Grande histoire illustrée du Titanic » avait fait forte impression sur Cameron, notamment les peintures de Marshall. Certaines ont d’ailleurs été reprises à l’identique dans le film, comme l’approche du Carpathia ou l’arrivée du Titanic à Cherbourg. Cependant, si la reconstitution est très proche de la réalité, le scénario prend parfois des libertés avec l’histoire. Ainsi, l’histoire d’amour entre deux membres de classes différentes aurait été extrêmement difficile à concevoir à l’époque, à cause des barrières (physiques et morales) qui les séparaient. il s’agit donc d’une histoire fictive.
Les personnages principaux (Jack, Rose, la famille de cette dernière et les deux amis de Jack) sont fictifs, mais côtoient des personnages réels (Ismay, Andrews, le capitaine Smith, J.J. Astor etc.). Cameron s’est toutefois inspiré d’Emily Ryerson et de Marian Thayer, deux femmes de la haute société de Philadelphie, pour créer le personnage de Ruth DeWitt Bukater, la mère de Rose. De même, Cameron s’est inspiré pour le personnage de Rose, du manuscrit de Helen Churchill Candee, une journaliste et écrivaine américaine, qui y relate le naufrage, ainsi que sa romance avec un passager du paquebot. Après le film, une tombe dans un cimetière de Halifax a particulièrement attiré l’attention, celle d’un certain « J. Dawson » dans la section « Titanic » du cimetière de Fairview Lawn. Il ne s’agit pas de Jack Dawson, mais de Joseph Dawson, un soutier mort dans la catastrophe.

 

Le premier navire, le Mackay-Bennett, arrivé pour repêcher le corps des défunts du Titanic, se retrouva face à un dilemme éthique: il y avait trop de corps à ramener pour la capacité du navire et pour les règlements sanitaires de l’époque. Seuls les corps des 1ère et 2e classes furent embaumés (les 1ère classes avec cercueil) et ramenés – presque tous les membres d’équipage furent rendus à l’océan mais aussi des 3e classes, qui furent immergés en mer à l’exception d’un garçon de 2 ans. La justification fournie à l’époque fut qu’il était plus important d’identifier les plus riches, afin de pouvoir plus aisément résoudre les aspects légaux de grands héritages et d’assurances.

  • Février 2013

En février 2013, le milliardaire australien Clive Palmer IV dévoile les plans d’une réplique du Titanic de 1912, le Titanic II, qu’il prévoit de faire construire par le chantier naval chinois CSC Jinling Shipyard, et d’exploiter avec sa compagnie, la Blue Star Line5, entre l’Europe et les États-Unis.
La première croisière du navire est prévue en 2018 entre Southampton et New York, en hommage au voyage fatal du Titanic en avril 1912.
Le voyage inaugural, initialement prévu pour 2016, a été reporté à 2018. Clive Palmer a en effet expliqué qu’il rencontrait des difficultés à faire en sorte que le paquebot soit en même temps la réplique exacte du Titanic, et en même temps conforme aux normes de sécurité modernes.

  • 10 avril 1912, à 12 h 15

Le Titanic appareille de Southampton en Angleterre. Lors de son départ, il manque de peu de heurter le paquebot City of New York amarré au quai 38e 1. Les remous causés par les hélices du Titanic font rompre les amarres du City of New York, et ce dernier se rapproche rapidement du Titanic jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que 2 mètres qui les séparent. Le commandant Edward Smith donne alors l’ordre de mettre les machines en arrière toute, ce qui a pour effet de repousser le New York.

  • Avril 1898

Quatorze ans avant le naufrage, Morgan Robertson écrit Le Naufrage du « Titan ». Après le naufrage du Titanic, ce livre regagne en réputation, apparaissant comme étonnamment prémonitoire et est réédité la même année. Il existe en effet de grandes similitudes entre l’histoire du livre et la réalité : le navire, nommé Titan, est le plus imposant au monde et présenté comme insubmersible. De fait, il ne dispose que du nombre minimum de canots de sauvetage requis par la loi. Il heurte un iceberg, coule et la majorité des passagers est victime du naufrage.